Sylvie Gentil

Sylvie Gentil a compté parmi les grandes traductrices de la littérature chinoise contemporaine. Figurent à son actif des traductions de romans de Mo Yan, Liu Sola, Mian Mian, Feng Tang et surtout Yan Lianke, avec qui elle entretenait une relation privilégiée.

Originaire des Deux-Sèvres, venue à Paris pour étudier le chinois à l’Inalco sous le magistère de François Cheng et Jacques Pimpaneau, elle aura séjourné à Pékin entre 1980 et 1982, avant d’y retourner en 1985 et de ne plus quitter la ville. Elle a commencé par faire du sous-titrage pour le cinéma avant de se tourner vers la traduction littéraire. Ses traductions se lisent comme autant d’histoires personnelles, témoignant de la profonde connaissance qu’elle avait des auteurs, mais aussi de sa manière symbiotique d’approcher leurs textes, et de s’en laisser posséder.

Bibliographie

Par ordre chronologique :

  • « La tabatière » 《烟壶》, de Deng Youmei (Panda, 1988)
  • L’Homme de Pékin 《北京人》, de Zhang Xinxin, trad. collective (Arles, Actes Sud, 1992)
  • Le Clan du sorgho 《红高粱家族》, de Mo Yan, trad. avec Pascale Guinot (Arles, Actes Sud, 1993)
  • Le Crabe à lunettes, de Xu Xing, nouvelles (Paris, Julliard, 1992)
  • Les Treize pas 《十三步》), de Mo Yan (Paris, Seuil, 1995)
  • Les Bonbons chinois 《糖》, de Mian Mian (Paris, L’Olivier, 2001)
  • Tout ce qui reste est pour toi 《剩下的都属于你》, de Xu Xing (Paris, L’Olivier, 2003)
  • La Grande Île des tortues-cochons 《大继家的小故事》, de Liu Sola (Paris, Seuil, 2006)
  • Qiu, comme l’automne《万物生长》, de Feng Tang (Paris, L’Olivier, 2007)
  • Une fille pour mes dix-huit ans 《十八岁给我一个姑娘》, de Feng Tang (Paris, L’Olivier, 2009)
  • Panda Sex 《熊猫》, de Mian Mian (Vauvert, Au Diable Vauvert, 2009)
  • Lèvres pêches 《桃色嘴唇》, de Cui Zi’en (Paris, Gallimard/Bleu de Chine, 2010)
  • Le Jeu du plus fin 《花腔》, de Li Er (Arles, Philippe Picquier, 2014)
  • Le Clan du sorgho rouge《红高粱家族》, de Mo Yan, version intégrale (Paris, Seuil, 2016)
  • « Trois jours, quatorze nuits », chapitre 19 de Pékin, Pékin《北京,北京》, de Feng Tang, Jentayu n° 6, été 2017

Traductions de Yan Lianke (阎连科), aux éditions Picquier :

  • Bons baisers de Lénine《受活》(2009)
  • Les quatre Livres《四书》(2012)
  • Les Chroniques de Zhalie《炸裂志》(2015)
  • A la découverte du roman《发现小说》(2017)
  • « Un chant céleste »《耙耧天歌》, nouvelle (2017).